Prévenir les troubles musculo-squelettiques, un enjeu majeur pour les entreprise et les salariés

Conventions collectives Créateur d'entreprise Experts-comptables PME TPE

Prévenir les troubles musculo-squelettiques, un enjeu majeur pour les entreprise et les salariés

En constante évolution depuis ces 20 dernières années, les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent de loin la première cause de maladies professionnelles indemnisées. Selon l’Assurance Maladie, les pathologies liées aux TMS engendrent 10 millions de jours d’arrêts de travail, ce qui place ce motif en tête des journées de travail perdues. Focus sur ces troubles qui ne sont pas sans conséquences dans la vie des salariés et de l’entreprise.

L’activité professionnelle : un rôle déterminant

Les TMS regroupent une quinzaine de maladies qui résultent d'un déséquilibre entre les capacités physiques du corps et les sollicitations et contraintes auxquelles il est exposé. Ils affectent les muscles, les tendons, les nerfs des membres supérieurs et inférieurs et de la colonne vertébrale. Il est aujourd’hui établi que l’activité professionnelle joue un rôle majeur dans la survenance, le maintien ou l’aggravation de ces pathologies qui touchent principalement les épaules, le coude, les extrémités des membres supérieurs, le cou et le dos.

Résultantes de la combinaison de multiples facteurs de risques, les TMS sont essentiellement liés :

  • au poste de travail et à son environnement (poste dysfonctionnel, postures contraignantes, gestes répétitifs, travail immobile prolongé, efforts importants, manutention d’objets lourds…) ;
  • à l’organisation du travail (cadence imposée, absence de choix dans la manière de procéder, manque de pause…) ;
  • au climat social de l’entreprise (tensions, manque d’entraide ou de moyens pour bien faire…).

À terme, ces facteurs peuvent induire des gênes fonctionnelles, des douleurs épisodiques, voire chroniques pouvant conduire jusqu’à l’inaptitude ou au handicap. Il est important de noter que les TMS se situent au 2e rang des causes médicales de mise en invalidité après les affections psychiatriques et au 1r rang des causes de mise en invalidité de première catégorie.

Du fait de leur fréquence et de leurs conséquences médicales, fonctionnelles et professionnelles les TMS constituent aujourd’hui l’une des questions les plus préoccupantes de santé au travail dans l’ensemble des pays industrialisés.

Selon l’InVS (Institut de Veille Sanitaire), en France, parmi la population salariée âgée de 20 à 59 ans :

• 15 % des femmes et 11 % des hommes présenteraient au moins un des principaux troubles musculo-squelettiques du membre supérieur.
• 16 % des femmes et 17 % des hommes présenteraient des symptômes lombaires qui ont duré plus de 30 jours.

TMS : des conséquences sous-estimées pour l’entreprise

Enjeu économique et social majeur, les TMS ont souvent des conséquences sous-estimées pour l’entreprise :

Coûts directs imputables aux TMS :

  • les cotisations accident de travail (AT) et maladie professionnelle (MP) versées à l’Assurance Maladie ;
  • les indemnisations versées aux salariés en arrêt à la charge de l’employeur ;
  • les frais liés à la recherche et à l’aménagement des postes de travail ;
  • le temps passé dans la gestion des dossiers.

Selon l’Anact (Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail), les coûts directs seraient estimés de 100 euros à 500 euros par an et par salarié victime ou non de TMS.

Coûts indirects :

  • l’absentéisme, le turn-over et les départs ;
  • la perte de productivité (allure dans la gestuelle, remplacement des personnes compétentes devenues invalides…) ;
  • la perte de capacité de production (délais, capacité et qualité).

Selon l’Anact, ces coûts indirects seraient quant à eux 2 à 7 fois plus importants que les coûts directs.

Coûts stratégiques :
Les TMS ont un impact sur la capacité de l’entreprise à mobiliser ses ressources pour gagner ou maintenir une position concurrentielle ce qui peut avoir des conséquences tant sur le plan social, économique que commercial.

La prévention : un enjeu social et réglementaire

Pour éviter l’apparition, la récidive ou l’évolution des pathologies liées aux TMS - et ainsi assurer le bien-être de vos salariés et le développement de votre entreprise - il est nécessaire d’agir sur les facteurs de risque en suivant une démarche de prévention adaptée. 

Pour vous aider à mettre en évidence les facteurs de risques présents au sein de votre entreprise (répétitivité, efforts…), identifier leurs déterminants (organisation du travail, conception des équipements…), déterminer les pistes de prévention et adopter les bonnes pratiques, Malakoff Médéric a intégré à l’ensemble de ses contrats santé et prévoyance le service « Kit enjeux RH TMS », un guide méthodologique dédié à la prévention des troubles musculo-squelettiques. Accessible et pratique, il vous permettra une prise en main rapide et autonome du sujet.

* Source : CNAMTS – chiffre 2012

 

Votre entreprise compte moins de 50 salariés ?

Bénéficiez des aides proposées par votre caisse régionale d'Assurance Maladie pour agir durablement contre TMS :
• « TMS Pros Diagnostic » : une aide financière plafonnée à 25 000 € pout identifier et établir un plan d'actions.
• « TMS Pros Action » : une aide financièrer plafonnée à 25 000 € pour acheter du matériel ou des équipements.

Pour en savoir plus sur ces dispositifs, n'hésitez pas à vous connecter sur le site : tmspro.fr

 

Pour aller plus loin :

Voir l'article et téléchargez gratuitement le kit enjeux RH-Troubles musculo-squelettiques

Contactez votre conseiller Malakoff Médéric