Retour sur la conférence silveRevolution organisée par Malakoff Médéric

Conventions collectives Créateur d'entreprise Experts-comptables PME TPE

SilveRevolution

Le 14 mars dernier, Malakoff Médéric a organisé silveRevolution, une conférence sur l’enjeu du vieillissement de leurs clients pour les entreprises. Cet événement a réuni des experts, de grands témoins, des entreprises (grands groupes et start up) et un secteur d’activité.
 

Le vieillissement de leur clientèle : un enjeu majeur pour les entreprises

Le 14 mars dernier, Malakoff Médéric a organisé silveRevolution, une conférence sur l’enjeu du vieillissement de leurs clients pour les entreprises. Cet événement a réuni des experts, de grands témoins, des entreprises (grands groupes et start up) et un secteur d’activité.

Découvrez les vidéos des intervenants à la conférence silveRevolution en cliquant ici.

À cette occasion, deux études exclusives pour Malakoff Médéric ont été dévoilées. L’une,  démographique, montre que les plus de 65 ans représenteront 23 % de la population française en 2030, pour 18 % aujourd’hui, et que cette population connaîtra des changements significatifs, quantitatifs comme qualitatifs, à cet horizon.

La deuxième, un sondage d’opinion auprès des entreprises françaises, met en évidence que si les entreprises sont en grande majorité conscientes de l’enjeu du vieillissement de leurs clients, moins d’une sur trois a déjà adapté sa stratégie ou son offre.

Les seniors de plus de 65 ans : des changements significatifs à l'horizon 2030

Comme le montre l’étude Les seniors de plus de 65 ans à l’horizon 2030 réalisée par le démographe Hervé Le Bras, la population française des plus de 65 ans connaîtra des changements importants d'ici à 2030.

Changements quantitatifs, d'abord, en raison de la baisse de mortalité et de la prolongation de la vague du baby-boom qui a commencé à arriver à l'âge de la retraite depuis 2005. Changements qualitatifs, en matière d'origine sociale, de logement, d'environnement familial, d'état de santé.

Globalement, la population des personnes âgées de plus de 65 ans devrait passer de 12 millions en 2015 à 16 millions en 2030, soit une augmentation de 33 % ou encore du tiers, en seulement 15 ans.

Les changements seront plus importants pour les hommes que pour les femmes. Le nombre de ces dernières passera de 6,9 millions en 2015 à 9 millions en 2030, soit 30 % de plus alors que sur la même période, le nombre des hommes âgés passera de 5,1 millions à 7 millions, soit 37,5 % de plus. Ceci est dû au ralentissement de la baisse de mortalité des femmes alors que celle des hommes se poursuit à un rythme rapide.

Les poussées les plus fortes auront lieu dans le groupe des 80-85 ans, qui passera de 1,87 millions à 2,68 millions de personnes
(+ 43 %) car il bénéficiera à la fois de la baisse de mortalité et de l'arrivée des baby-boomers, ainsi que dans celui des personnes très âgées (plus de 95 ans) qui passera de 113 000 personnes aujourd'hui à 285 000.

Les contrastes sociaux s'accentueront entre les plus jeunes seniors et les plus âgés. Entre 65 et 80 ans, l'origine sociale des personnes âgées en 2030 ne variera pas selon l'âge. Mais à partir de 80 ans, on constatera un écart croissant entre les proportions de retraités cadres et de retraités ouvriers, les premiers doublant de 17 à 32 % et les seconds diminuant de 34 à 15 %.

La situation familiale sera très contrastée selon l'âge et le sexe. L'isolement des hommes âgés augmentera nettement. Actuellement, un homme âgé de plus de 65 ans sur quatre vit seul dans son logement. En 2030, ce sera un homme sur trois. Les femmes seront près de 50 % dans ce cas. Jusqu'à 90 ans, plus de 50 % des hommes seront encore en couple alors qu'à cet âge seules 14 % des femmes auront un conjoint, l'écart d'âge des conjoints et la surmortalité des hommes en étant la cause.

Le risque de pauvreté est en léger recul, à politique sociale constante. Alors que 40 % des personnes de plus de 70 ans étaient au-dessous du seuil de pauvreté en 1962, elles ne sont plus que 12 % dans ce cas en 2015. Autre exemple, en 1968, 2,7 millions de personnes étaient au minimum vieillesse, 580 000 aujourd'hui alors que l'évolution de ce minimum a été plus rapide que celle du niveau de vie. L'évolution année par année depuis l'an 2000 laisse prévoir une légère baisse de la pauvreté aux âges élevés, la hausse importante de l'activité féminine (50 % de femmes actives entre 35 et 55 ans en 1962, 85 % en 2015), et donc une proportion plus importante de femmes percevant une pension de retraite.

Le vieillisement des clients : un défi qui peut aussi être une opportunité pour les entreprises

Les seniors ont déjà de nouveaux modes de vie et de consommation, ils ont aussi de nouvelles attentes et aspirent à mener une vie normale, continuer à vivre chez eux, à prendre soin de leur santé, à faire leurs courses, à avoir des loisirs, à voyager, à conduire… à avoir des projets et à les réaliser.

L’étude Les entreprises face aux enjeux du vieillissement  d’Harris Interactive pour Malakoff Médéric montre la prise de conscience de cet enjeu par les dirigeants d’entreprises (94 % le considèrent important). Cependant, elle met aussi en évidence le décalage important entre conscience du sujet et passage à l’action.

Sept dirigeants sur dix considèrent que le vieillissement de la population est un enjeu important pour leur propre entreprise, tout en jugeant à 60 % qu’il sera difficile pour les entreprises de l’anticiper, et à 65 % qu’il sera difficile d’y répondre de manière adaptée.

Seulement 28 % des dirigeants déclarent avoir déjà développé une stratégie pour s’y adapter au cours des prochaines années, alors que près des deux-tiers estiment qu’il faudrait le faire.

Les chefs d’entreprises appréhendent le vieillissement de la population essentiellement sous l’angle de la perte d’autonomie. Ils considèrent que les secteurs de la vie quotidienne (mobilité, tourisme, habitat, banques/assurances…) comme des enjeux moins fondamentaux, malgré les attentes fortes des seniors dans ces domaines.

On notera enfin que les dirigeants d’entreprises estiment que le vieillissement démographique va poser plus de difficultés à l’économie française en général (56 %) qu’à leur propre entreprise (21 %).